Forums

Sexe, amour et handicap

3 juin 2010 à 20:05
heh Image du forum Sexe, amour et handicap

Le métier d'assistant sexuel a fait l'objet d'attaques violentes. Au coeur de ce débat, un sujet tabou: quel accompagnement sexuel pour les personnes handicapées ?

Catherine Agthe Diserens et Françoise Vatré, sexo-pédagogues spécialisées et co-coordinatrices de la première formation des assistants sexuels en Suisse romande depuis 2008 participent au débat.

Génial ,Merci! Le 4 juin 2010 à 10:02

Il faut beaucoup d'amour pour applanir les problèmes de la vie.Une des seules choses que m'a appris la vie. Les égos ne peuvent comprendre la souffrance d'être différent. Il y a trente ans que j'attendais que l'on puisse parler de ce tabou librement. Merci, quand j'étais adolescent, puis jeune adulte je me rendais en vacances près d'un centre d'handicapé en Italie. Je m'occupais de les promener et les distraire. Je voulais leur approter quelques choses, j'étais un imbécile car c'est eu qui m'ont appris les valeurs et les richesses intérieures. Je comprends un peu leur souffrance. Nous nous pouvons calmer nos pulsions par nos mains, car elles ne sont pas handicapées. Les garçons et filles dénudés d'une cité balnaire appellent un désir et une frustation qui ne sera jamais assouvi. Cette force de désir reste pourtant imprégnée dans leur mémoire. J'aurais tant voulu que vous passiez le film français extraordinare "National 7"(jamais passé sur la TSR seulement sur Arte) qui aurait expliqué vos intentions magnifiquements. Mais la pluspart des gens préfèrent les séries américaines qui par leur violence sont avilissantes. Merci de nous avoir expliquer comment comprendre notre nature avec humanité. La seule chose qui peut me scandaliser est tout ce qui dénature la vie et non de grandir dans son épanouïssement.

Handicap : accompagnement sexuel ou prostitution ? Le 3 juin 2010 à 22:58

On lève les yeux extasiés devant des images « magnifiques d?amour » - dont même les enfants devraient les contempler, et je m?étonne de voir qu?on ne se pose pas quelques questions plus terre-à-terre à ce sujet !

Est-ce réellement « de l?amour et de la tendresse » ?

Voilà qu?on légitime le « service sexuel » au nom de la détresse et voilà qu?on s?émeut. Sont invoqués le c?ur, la générosité un registre émotionnel dont on se demande bien comment il trouverait son compte dans une prestation minutée et payante ? Il suffirait que les personnes rémunérées pour une pratique sexuelle ne soient plus étiquetées « prostituées » mais des « thérapeutes » pour qu?il ne s?agisse plus de prostitution. Est-ce que la prostitution se définit-elle par ses acteurs ou par ses actes ?

S?il existe un « droit à l?accompagnement sexuel », au nom de quoi le limiter aux personnes gravement handicapées ? Pourquoi ne pas l?étendre aux « handicapés sociaux », à ceux qui souffrent de solitude, de vieillesse, de maladie, etc? Aux sortants de prison, aux grabataires sur leur lit d?hôpital ?

A tous ces hommes qui, ont toutes les « bonnes raisons » du monde de recourir à la prostitution.
En quoi certaines seraient-elles plus légitimes que d?autres ?

Un cheval de Troie pour l?industrie du sexe, une porte d?entrée politique pour la reconnaissance de la prostitution.

La mise en place, en Suisse, de cet « emploi » fournirait la vitrine rêvée pour l?industrie du sexe et les proxénètes qui ont tout intérêt à la respectabilité d?une activité présentée sous les dehors généreux du « service à la personne ».

Même si c'est au nom des meilleures intentions, il n'y a pas de doute que les associations de personnes handicapées appuieraient le lobby des proxénètes dont tout le « travail » consiste actuellement à moderniser cette vieillerie qu?est la prostitution.

Quel argument plus efficace que la nécessité de la prostitution, présentée, sous un autre vocable, comme un métier paramédical ?

En réalité, les personnes handicapées veulent qu?on leur laisse vivre leur vie, dans le respect de leur intimité, de leur dignité. Ce qu?elles demandent, c?est une vie sociale, relationnelle, un accès aux loisirs, aux rencontres. La sexualité, pour elles, c?est compliqué c'est vrai et cela demande du temps, du courage, de la patience. Mais elle peut exister dans une relation d?amour et non pas dans une relation « client - prostituée ».

Une partie de « l?accompagnement sexuel », faite d?attention à la personne, d?écoute, de paroles, de pédagogie, sera parfaitement légitime. Mais dans ces cas il s?agit bel et bien de l?acte prostitutionnel.

Aider les personnes handicapées à accéder à l?autonomie ne signifie pas obéir à toutes les dérives liées à l?extension du « marché du sexe », à la marchandisation des êtres humains, à la banalisation et normalisation de la prostitution. La sexualité n?est ni une marchandise ni un spectacle.

Ni un acte médical ou paramédical.

Les personnes handicapées ont besoin d?une reconnaissance globale. D?une intégration dans la société et non de solutions-ghetto.

Il faut les aider à se rencontrer. Accepter leur vie sentimentale et surtout avoir un vrai discours sur la sexualité, un vrai dialogue.

Certes, un « service » payant va être plus simple. Mais plus dégradant. Le message est quand même : personne ne voudra de toi, alors paie !

Incontestablement ce « service » restera une forme de mépris.







Chapeau ! Le 4 juin 2010 à 8:32

Super émission celle de hier soir, ça me touche vraiment ! Le métier de conseiller sexuel, ça n'a rien de facile et perso. je trouve que ça n'a rien à voir avec la prositution ! Donc CHAPEAU !!!!
Pour les personnes qui se plaignent de l'horaire de diffusion... Je ne peux qu'être choqué ! ;o( C'est pas parce-qu'on voit des seins à la télé que c'est forcément
du HARD,comme ça a été déjà dit je pense que les enfants voient bien d'autres choses plus "rudes" à la télé au quotidien !
Excellente journée !

Très important Le 4 juin 2010 à 7:51

moi c ma unpeux ému cetait la jeune femme de 29 ans quivivais une parfait amour avec un autre handicapé,
je trouve que les instutition devrais avancer la decus elle vivais une parfait amour avec cette homme et ils les ont séparé......

Attention aux abus des assistants Le 3 juin 2010 à 21:16

Je trouve ce reportage très intéressant et je comprends totalement les besoins que peuvent avoir les personnes handicapés. Mais je reste convaincu qu'il ne faut pas oublier de surveiller les assistants. Ayant moi-même une soeur handicapé mentale, j'aurais trop peur qu'elle tombe sur un assistant qui profite d'elle. Il faut laisser certaines limites pour les handicapés mentales...

Je ne dis pas merci Le 3 juin 2010 à 22:10

Il y a d'autres sujets d'émissions ! par expl. : les femmes divocées seules avec leurs enfants, qui, elle n'ont plus de sexualité !Qui malgré leur sensualité n'arrivent pas à trouver :l'HOMME de leur vie !
Travail, maison, voilà la vie de celles qui respectent leurs enfant et leur intimité devenue un vide affectif et sexuel.
Ne me parlez pas d'handicapés. Je suis une femmes en bonne santé avec ses désirs et je suis en stand Bye depuis des années.

Cherchez des emmissions accessibles à tout le monde. No culpabilité....Vos spectateurs ont aussi le droitr de visionner des "choses de la vie" normales et sans se culpabiliser sur la faim dans le monde, les attentats, les handicapés et la sexualités [  • ]!!!! Minorité, je respecte, mais jusqu'à un certain point.

Désolée si je fâche, mais c'est sincère..Fois de quelqu'un qui travaille dans le domaine social.

Merci de vos réponses et sans aucune rancune

[  • ]Merci de rester respectueuse,
Le modérateur

Amour et sexualité Le 4 juin 2010 à 1:24

le langage du toucher existe
c'est souvent des signes comme la tenue du corps
lorsqu'on parle de langage on parle aussi de relation d^échange
un tel don est unique le don de soi ...s i cela doitpasser par ce langage la pourquoi pas?
je pense que les handicapés ont souvent plus de respect
et la profondeur des sentiments par leur dépendance physique leur esprit d'analyse et aiguisé
lorsqu'une personne se donne comeme cela a un thérapeute ilf aut penser qu^'une grande solitude l'habite et que
seule une reponse a la demande peut guérir
si c'estce prix la je pense qu'il faut donner le prix..
qu'importe ce qu on en pense... oni soit qui mal y pense!

Rayon de soleil Le 3 juin 2010 à 21:19

Vivre avec un handicap mental est difficile : manque de structures, manque de respect, moqueries des gens dit"normaux". Le chemin est semé d'embûches et de crève-coeur, la vie une bagarre permanent. Alors merci. Merci pour être à l'écoute des handicapés, de leur souhaits et de leur envies. Merci d'amener un peu de soleil et de tendresse dans ce monde de brutes. Merci aussi pour les familles des handicapés qui sont parfois bien désarmé face à la douleur et la frutstration de leur enfant.

Merci Le 3 juin 2010 à 22:43

ayant pourtant travaillé 40 ans en milieu hospitalier je ne connaissais pas ces thérapeutes et pourtant combien de mes patients auraient pu être soulagés de découvrir autre chose que quelques caresses sur la main par manque de temps mais la sexualité des handicapés est tabou.
un grand débat.merci à ceux qui l'ont initié.

Demande ???? Le 3 juin 2010 à 22:37

Mesdames j'aimerais savoir ci un Homme a L'AI (handicap leger) peux avoir droit a vos services ci oui indiquer moi le cout merci

Ce forum est en lecture seule, vous ne pouvez plus intervenir.